Au coeur d’une scène d’action !

Louis XIV attaque en premier avec un couronné très large en fixant des yeux les trois brigands téméraires. Les brigands sont aussi forts que le Roi et attaquent rapidement. Le combat continue sérieusement, agressivement, lorsque François, le mousquetaire, les aperçoit et court. Son épée en main, il attaque avec sang-froid. Il court à la poursuite du brigand qui veut s’échapper et, avec rage, le tue avec un pointé alors que le roi est mis en difficulté par les deux autres brigands. Finalement, le jeune Louis XIV terrasse l’un d’eux. Mais il commence à fatiguer et cède du terrain au dernier brigand. Au moment où ce dernier va attaquer, Francois arrive avec force et bloque l’attaque du brigand qui s’enfuit devant le grand mousquetaire. «Coupez !» dit le réalisateur. La scène d’action du court-métrage Le Roi et Le Mousquetaire est terminée après trois heures de tournage.

J’étais le mousquetaire de cette scène. Nous étions deux élèves à préparer ce combat. Cheik Kanté jouait le rôle de Louis XIV. Nous avons pris des cours d’escrime à Paris pendant plus d’un mois à la Cité Universitaire, avec Florence Leguy, maître d’arme, et sa quinzaine d’élèves. Nous étions très contents de découvrir ce sport que nous n’avions jamais pratiqué. Contactée par téléphone, Florence nous raconte : « Ils étaient contents, en plus de ça, c’est une matière riche et difficile mais ils étaient bien intégrés ». Le cours que nous avons pratiqué durait trois heures, avec différents exercices et avec une partie théâtrale qu’enseignait Florence. C’était d’autant plus dur pour nous que nous n’avions jamais pratiqué ce genre de sport. Florence me confie : « Faire maîtriser l’escrime à des jeunes élèves qui n’ont jamais pratiqué, c’est le génie du maître d’arme ». Lors du tournage de la scène d’escrime, la maître d’arme était présente pour aider à mettre le combat en place et pour nous soutenir ou nous redonner de l’énergie quand nous nous découragions sous la chaleur et la fatigue. Florence est aussi là comme garante de la mémoire historique : les gestes, les mouvements, la tenue… Le réalisateur, Fabrice Grange, fait recommencer plusieurs fois la scène, pour filmer plusieurs points de vue. Toute l’équipe regarde avec plaisir le tournage de cette scène, une des meilleures et des plus compliquées du film. Florence conclut : « On voit le résultat, ils étaient performants, on le sent dans le film.»

Guvenç Ulger, 15 ans.

Couronné : revers du droit ou du gauche, que fait la lame pour frapper sur le côté.
Pointé :
on pique le corps de l’adversaire avec le bout de l’épée.

Photos : Wilhem Samama.

Explore posts in the same categories: Sport, Uncategorized

Étiquettes : , , , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :